Comment décrypter les grises pierres tombales ottomanes.

Les pierres tombales des cimetières ottomans sont souvent l'objet de milles photos, milles gravures , milles intérêts comme le témoignent entre autres ces gravures de Jean-Baptiste Eugene Napoleon Fladin.

Quelques petites clefs...

Comment décrypter les grises pierres tombales ottomanes.

Les “Hanım mezar taşları” « pierres tombales des dames » sont les plus fleuries. On y retrouve , bouquets de fleurs, branches fleuries printemps mais aussi de broches, boucles d'oreilles et divers bijoux.

Lorsque c'est la tombe d'une très jeune femme, on la représente avec un voile de mariée enroulé autour de la pierre tombale ( le duvak ) et un bouton de rose brisé au pied de la tombe.

Comment décrypter les grises pierres tombales ottomanes.

Le motif du cyprès entouré de deux autres cyprès symbolise une femme morte en couche et la fille qui est née ce jour là.

Les coiffes portées par les défunts orent à leurs tours les pierres de leurs tombes. Les connaître toutes demanderaient beaucoup de sciences en la matière mais quelques pistes éclaireront vos promenades.

Comment décrypter les grises pierres tombales ottomanes.

Lorsque l'on voit un turban « enroulé » et entortillé , le “Burma sarıklı başlık” il s'agissait d'un dignitaire souvent Pacha ou « defterdar » soit le garde-rôle, grand officier chargé de tenir les rôles de la milice et des revenus de l'État, équivalent des anciens surintendants des finances. Ce turban était surtout utilisé au 16ème siècle, on peut en voir beaucoup dans le quartier de Eyüp aux alentours du Mausolée de Sokullu Mehmet Paşa par exemple.

Comment décrypter les grises pierres tombales ottomanes.

Le turban en forme de boule, plus rond et simple , appelé le « Örfi destarlı kavuk » indique la sépulture d'un Ouléma ou d'un homme de religion , imam , mufti ou « kadi » mais aussi de certains derviche ou employés dans les medersas.

Comment décrypter les grises pierres tombales ottomanes.

Le couvre-chef comme celui-ci, un « pot aplati à l'envers » le “Kallavi kavuk” était réservé aux Sadrazam, aux « Kubbealtı vezirleri » vizir de la coupole ou aux « Kaptan-ı derya » soit capitaines. Ce sont des coiffes réservées aux militaires qui ne se portaient que lors de batailles où jours de fêtes.

Le plus fréquent, le “Kâtibi kavuk”, était réservé aux « officiers de la porte » et aux Janissaires les plus hauts placés dans la hiérarchie.

Comment décrypter les grises pierres tombales ottomanes.

Les turbans « en cage », “Kafesli Destarlı Başlık” appartenaient aux dignitaires du divan équivalent du cabinet des ministres actuels.

Comment décrypter les grises pierres tombales ottomanes.

Les pierres tombales coiffées d'un « fez » ne donnent pas de précision sur la personne où son grade mais éclairent sur la période ainsi ceux-ci avec leurs pompons assez longs indiquent la période du Sultan Mahloud II.

Comment décrypter les grises pierres tombales ottomanes.

Les symboles des professions du défunts sont aussi présent dès le 18 ème siècle, ici celle d'un peintre certainement du Palais et celle d'un marin ornée d'une ancre.

Le “Tac-ı şerif” ou « turban sur le trône » signale le Sheik religieux très haut placé.

Un derviche mevlevi se reconnaîtra par sa coiffe posée sur le haut de la pierre tombale, en revanche, lorsque la personne est Mevlevi mais n'est pas derviche,

le « kavuk » ( coiffe du derviche « sera dessiné en relief sans coiffer la pierre .

Comment décrypter les grises pierres tombales ottomanes.
Comment décrypter les grises pierres tombales ottomanes.
Comment décrypter les grises pierres tombales ottomanes.
Comment décrypter les grises pierres tombales ottomanes.
Comment décrypter les grises pierres tombales ottomanes.
Comment décrypter les grises pierres tombales ottomanes.
Comment décrypter les grises pierres tombales ottomanes.
Comment décrypter les grises pierres tombales ottomanes.
Retour à l'accueil