Parlons aujourd’hui d’un film de Michel Audiard

« Le Cri du Cormoran le Soir au-Dessus des Jonques ».

Datant de 1970, sur un scénario de Jean-Marie Poiret d'après le roman de Eva Hunter ,

"Le Paumé",  Bernard Blier (Monsieur K.), Michel Serrault (Alfred), Paul Meurisse (Kruger),Jean Carmet (Gégène)et même Gérard Depardieu (Henri), tout maigrelet, dans ses débuts au cinéma nous amènent suivre Alfred Mullanet, turfiste malchanceux mais tenace.

le-cri-du-cormoran.jpg

Revenant un jour du champ de courses, ayant encore tout perdu , il fait de l'auto-stop et se trouve tout simplemnt enlevé par une bande de gangsters qui veulent l’envoyer à İstanbul dans un cercueil, revêtu d'un épais veston noir capitonné, et vêtu d’un veston très important…

cri-cormoran-jonques.jpg

Film conçu dans l'esprit de la bande dessinée avec des dialogues du café-théâtre, il ne vous emmènera peut-être pas à İstanbul , mais vous y trouverez de succulent dialogues.

 


-Je voudrais bien savoir comment on va à Istanbul sans passeport?

- Dans un cerceuil. J.Carmet

 

**************************

 

 

( Bertrand Blier et Paul Meurisse vantent les charmes touristiques de Tahiti pour Meurisse ou Le Bosphore pour Blier )

 

- Allons, allons, Freddy... Le récif de corail, la maison d'Gauguin, les p'tites fleurs, le chant du Ukulélé, le soir, sous les manguiers... Hum !

- Ha !... Ah, ben, puisque vous en êtes à l'audiovisuel, alors permettez !... Le Bosphore, hein !... Éh ben, l'Bosphore, c'est pas d'la merde non plus !... Tiens ! Matez les couleurs !... La Corne d'Or, la Mer Noire, la Mosquée Bleue... Et les minarets ? Mordez les minarets ! Vous avez jamais entendu, ch'uis sûr, l'appel du muezzin !... Woualllaaa-woualllaaa-woualllaa !... La fascination d'l'Orient, quoi !

 

- J'ai connu... Devant la Mosquée de Soliman le Magnifique... Je portais un taupé lilas... Elle s'appelait Gertrude... Elle avait dans les hanches, ce balancement gracieux qu'ont les femmes qui ont beaucoup marché... On a failli se fixer, là-bas, acheter du terrain... On pensait même à une maison... Et puis, les intermittences du ceuur... Finalement, la maison, c'est elle qui l'a ouverte à Caracas.

 

 

 

Un bon moment tout en révisant ses classiques...et un petit hommage à Blier, Meurisse et Serrault..

Retour à l'accueil