Le vicomte Marie Charles Ferdinand, dit Alexis de Valon, archéologue, voyageur et écrivain, critique français, né en 1818 et mort à Saint-Priest-de-Gimel (Corrèze) en 1851 part pour l'Orient en avril 1842, à l'âge de vingt-quatre ans : d'Italie, en passant par la Sicile, la Grèce, İzmir (Smyrne ) et ramène de ce voyage un récit :

Une année dans le Levant, publié en 1846.

marchand-de-legumes.jpg

 

Ce récit a donc 167 ans  et pourtant je vous assure on pourrait voir le vieux monsieur manger ses concombres ou encore faire “claquer sa langue contre son palais” …

Attitude que tous ceux qui auront eu droit à un " non " en turquie connaissent.. et si bien décrite.

une-annee-dans-le-levant.jpg

 

Sur le devant de sa boutique, au milieu de son petit étalage, un vieux Turc à longue barbe, immobile comme un mannequin, est accroupi fumant alternativement sa pipe et mangeant des concombres verts. Dans un coin, près d'un réchaud allumé est assis un enfant qui prépare le café de son maître. Loin de vous appeler, de vous vanter ses marchandises, le vieux Turc se renferme dans le mutisme le plus complet et ne paraît prendre aucun souci de son négoce.

Votre interprète lui demande-t-il s'il possède tel ou tel objet que vous désirez : il répond soit en fermant les yeux à demi et en faisant claquer sa langue contre son palais, signe négatif par excellence dans tout le Levant, soit par un imperceptible mouvement d'épaules qui veut dire : je n'en sais rien, cherchez.

On fouille sa boutique, on ouvre ses tiroirs sans que le plus souvent il daigne même tourner la tête. Quand rien ne vous convient, vous le laissez impassible au milieu de sa boutique bouleversée.

Si au contraire vous lui faites demander le prix d'une arme ou d'une paire de pantoufles, il énonce d'une voix gutturale un chiffre qui est ordinairement le double de celui qu'il veut avoir ; vous lui en offrez la moitié, il tend la main, prend votre argent, et souffle par le nez une bouffée de fumée. L'enfant remet toutes choses en ordre, se rassoit auprès du réchaud, et le marchand reprend son éternelle contemplation.

 

Une année dans le Levant, 1846

vendeur-de-concombre-.jpg

Retour à l'accueil