Si vous vous promenez dans les « sahaf », les bouquinistes d'Istanbul, vous trouverez d'innombrables cartes, actions de bourse, miniature, et tout autres sortes de calligraphies diverses et variées..

Je m'en vais vous éclairer sur quelques uns de ces spécimens..

Aujourd'hui nous commencerons par

le Satranc-ı Urefa, appelé à tort le jeu d'échec ottoman..

(une version moderne de ce jeu est même vendue sous ce nom)


Etant donné que le mot «satranc» veut dire jeu d'échec on comprendra la ressemblance . 

Satranc-ı Urefa ou « Ariflerin Satrancı », le satranc des Arife est en réalité un jeu issu de la pensée sou-fi.

İl aurait été conçu soit par Muhiddin Arabî (1165 – 1240) soit par Süleyman Çelebi

(1351 – 1422) au 13 ou 14 ème siècle donc.

Satranc-i-urefa-5.jpg

Ce jeu a été conçu pour permettre au joueur de comprendre les étapes de la vie, les états émotionnels en relation avec le vécu.

Satranc-i-urefa1.jpg

Le Satranc-ı Urefa se joue avec un dé unique et un pion par joueur.


La planche de jeu comporte 101 cases et il s'agit d'avancer jusqu'à la position de “ Visale ”.

Satranc-i-urefa-4.jpg

 

Dans la première partie du jeu , le joueur reçoit divers dons, cadeaux, récompenses symbolisées par des oiseaux..

Satranc-i-urefa2.jpg

Mais au fur et à mesure qu'il avance, il «paye» les conséquences de ses actes .. et les serpents sont là pour lui donner des gages.


Pour commencer le jeu il faut absolument faire 6. Ainsi dès le départ le joueur va connaître différents états d'âmes et sentiments humains qu'il doit apprendre à maîtriser.


* Zillet : humiliation

* Teessüf : pitié

* Rica : demande , imploration

* Kavga : dispute, ennemis , haine etc..

* Mihnet : souci

* Duzah : enfer   

et bien d'autres encore.

Satranc-i-urefa3.jpg

Pour gagner à ce jeu de «rôle» sou-fi , il faut gagner en expérience et l'arrivée pour conduit à l'amour du prochain , de Dieu, de la création...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour à l'accueil