Héritage laissé par la mère à la fille, la dentelle dite Oya ,orne mouchoirs, écharpes, foulards et tissus en Anatolie .

 


Ces petites dentelles fines sont en fait de véritables messagères.


Art traditionnel turc qui a sa place dans le trousseau de toute jeune fille anatolienne,ce jardin de dentelles parle..


Les “Oya” disent tout ce que l'on a voulu dire et qui n'a pas été dit, expriment les souhaits, désirs et les nostalgies de celles qui les ont travaillés.


Petits messages sans papiers ni crayons, ils ont leur code .


Et si leurs motifs plus jolis les uns que les autres, fleurs, feuilles, ifs longs et fiers, fruits, monts, rochers, ruisseaux, soleils, lunes, yeux, sourcils, cils et autres sont admirables leurs noms nous en disent plus sur ces petits messages ...

 



Si l'on trouve, l'abricot, la pâquerette, la tige de rose, la cerise, l'étoile, l'oeillet, le peuplier et d'autres bucoliques on rencontre aussi le talon du lapin, le talon de la mariée, le loup poilu, les cinq amandes, la belle mère bavarde, la dispute, la couronne du roi, la clé du coeur, l'éventail, les deux belles soeurs, la boucle de diamant .. et mon préféré...


La belle soeur a boudé ....

oya-jaune.jpg


* L'oya est travaillé avec du fil de soie ou de coton, à l’aide d’une aiguille, d’un fuseau, d’un crochet, d’une épingle quelques fois en y ajoutant également des perles ou des paillettes.


 oyan-collier.jpg

Retour à l'accueil