"Püskevit, lokoum et petibör".... et Marcel Proust.

Si vous avez souvenir de l'époque où votre grand-mère vous donnait une barre de chocolat entre deux tranches de pain pour en faire un « goûter friandise », où celui de « tartines de chocolat ou confiture sur biscuits » et bien vous comprendrez toute la saveur du « püskevit » dont le nom dérive du « bisküvi » soit du biscuit.

Délice et offrande « suprême » dans les campagnes où chez les nostalgiques des jours passés, il s'agit d'un lokoum écrasé entre deux « petibör », le célèbre « petit beurre ».

L'offrande sera généralement accompagné des fameux « eskiden... » qui veut dire

« autrefois ...» et l'on parlera du temps où « on ne vendait pas toutes ces cochonneries emballées pour les enfants ».

Et soudain on pensera à Marcel Proust.

C'est aussi l'offrande idéale lorsque vous passez prendre un café … chez vos voisins et qui vous le préparent avec amour et cérémonial...

( Merci Madame Özgül de Dikili )

"Püskevit, lokoum et petibör".... et Marcel Proust.
"Püskevit, lokoum et petibör".... et Marcel Proust.
"Püskevit, lokoum et petibör".... et Marcel Proust.
Retour à l'accueil