Fatma Aliye Topuz, la femme du billet orange turc.

Vous aurez peut-être tendance à le confondre avec un billet de 50 euros, mais il s'agit d'un billet de 50 Livres Turques, orangé il suffit de bien l'examiner. Bien entendu Vous y verrez Mustafa Kemal Ataturk , père des turcs et Président de la première République de Turquie et de l'autre côté vous y découvrirez une dame à la perle en chignon … il s'agit de la première femme romancière turque, Fatma Aliye Topuz.

Ainsi après l'architecte Kemalettin, l'homme du billet vert turc etCahit Arf , l'homme du billet rose voici Fatma Aliye la femme du billet orange.

Fatma Aliye Topuz née à Istanbul en 1862, décédée en 1936 a publié 5 romans.

( il faut ici préciser qu'auparavant une Madame Zafer publia un roman en 1877 mais ne reçut pas ce titre de romancière pour n'en avoir justement publié qu'un seul « Aşk-ı Vatan » ( Amour de la Patrie ) ).

Fille de l'historien Ahmed Cevdet Paşa , très curieuse et désireuse de savoir, également très férue de la langue française qu'elle maîtrisait très bien, la jeune Fatma Aliye eut l'occasion de s'instruire en écoutant les cours particuliers que recevait son frère Ali Sedat Bey.

Elle épousa à 17 ans « Kolağası Faik Bey », le neveu d'un célèbre héros militaire, Gazi Osman Paşa et ils eurent quatre filles.

Durant les dix premières années de son mariage, elle ne put lire qu'en cachette mais après avoir convaincu son mari, elle se mit à lire ouvertement et se lança dans la traduction avec la permission de son époux.

Est-ce un hasard si le premier ouvrage qu'elle traduisit fut Volonté de Georges Ohnet, - également connu sous le pseudonyme de Georges Hénot- écrivain français ?

Toujours-est-il que même s'il fut noté « traduit par une Dame (Bir Hanım) son père remarqua ce travail et commença à l'instruire en matière de littérature . Elle fut ensuite remarquée par l'écrivain Ahmed Mithat Efendi qui la considéra ensuite comme « sa fille de cœur adoptive ».

Elle co-écrivit avec ce dernier un premier roman à deux voix en 1891 Hayal ve Hakikat

( Illusions et réalités).

Et publia son premier roman seule et en son nom en 1892. Sa correspondance et également très connue. Elle est l’héroïne du roman « Son Istanbul »( dernier Istanbul ) de Murathan Mungan.

Une rue à Beyoglu porte son nom à Istanbul.

Fatma Aliye Topuz, la femme du billet orange turc.
Fatma Aliye Topuz, la femme du billet orange turc.
Retour à l'accueil